lundi 14 avril 2014

Petit voyage à travers la France

Je viens de passer ce début de journée dans les cartes pour préparer ce voyage qui commence après-demain.
Je pars en effet sur les routes de notre beau pays pour une semaine cycliste.
La première partie de ce voyage me mènera à Vesoul par Joinville, Chaumont et Langres en deux étapes mercredi et jeudi.


Vendredi matin, départ avec mes trois équipiers (Yves, Thierry et Luc) pour au moins 24 heures de vélo vers Saumane de Vaucluse où se déroule cette année la concentration Pâques en Provence organisée par la FFCT. N'ayant pas l'assistance d'une voiture, il nous faudra de toute façon accomplir les 520 km de cette flèche à vélo ! 


Samedi et dimanche, je compte bien me reposer un peu pour repartir lundi vers Decazeville en deux étapes. J'avoue attendre avec impatience cette traversée des Cévennes d'est en ouest, région que je ne connais pas. En 1879, Stevenson (l'auteur de "L'île au trésor) et son ânesse Modestine avaient traversé les Cévennes du nord au sud. En ce qui me concerne, j'accomplirai ce périple une autre fois.
Je rentrerai en Seine et Marne en voiture, il ne faut pas abuser des bonnes choses...
Il ne me reste plus qu'à nettoyer un peu mon vélo et préparer mes bagages.

jeudi 10 avril 2014

Petite sortie du soir, bonsoir !

"TOUT CE QUI A TRAIT AU VELO, VOUS RAPPROCHE DE LA BEAUTE..." 
J'ai trouvé cette citation dans le livre "Bike Snob" (Edition Marabout) du blogueur américain Eben Weiss.
Et le vélo, en effet, se déguste...
Comme ceci...
...ou comme cela ?
On peut aussi l'aimer comme ça, pour une petite sortie récréative de 20 tout petits kilomètres après une dure journée de travail.
Pas d'aigle aujourd'hui, mais des coqs perchés ou...
...solitaires !
Autoportrait cycliste n° 2, sortie du 10 avril 2014, 19H42, 19ème kilomètre, entre Saint mars en Brie et La Ferté Gaucher
Les autoportraits (selfies...) sont à la mode... alors après les arbres, les coqs, les vieux panneaux routiers, je commence une nouvelle série. Sur 2, 10, 15, 50 ou 60 ans, ça peut être rigolo, non ?

mercredi 9 avril 2014

Préparation de la Flèche Vélocio

Voilà un rendez-vous qui se précise : le vendredi 18 avril, je devrais quitter Vesoul, avec 3 équipiers, vers 8h00 pour rejoindre Saumane de Vaucluse . Si tout se passe bien, nous devrions y arriver 24 heures plus tard comme le stipule le règlement de la Flèche Vélocio, épreuve qu'organise depuis 1947 l'Audax Club Parisien. Et il devrait y avoir du monde en route vers la concentration Pâques en Provence de la FFCT car je crois savoir qu'il y a 67 équipes engagées pour ce challenge. Chaque équipe proposant un itinéraire différent, les plus rapides réaliseront 700 kilomètres, quand d'autres n'en feront que 364, le minimum à réaliser étant de 360 km.
Mais bien sûr, pour l'instant, on est dans le virtuel, les kilomètres sont parcourus sur la carte Michelin ou sur le site Openrunner, la semaine prochaine, la condition physique des différents participants ( de 3 à 5 machines par équipe), les conditions météo seront les arbitres de la randonnée au long cours : plus ou moins que le contrat prévu ?
Autoportrait cycliste n° 1, sortie du 9 avril 2014, 20H18, 197ème kilomètre
Pour peaufiner ma condition physique, ce mercredi 9 avril, j'ai fait une randonnée en solitaire de 223 kilomètres, et ça va bien, merci !
En milieu de matinée, j'ai donc pris la route pour le sud de la Seine et Marne.
Vers 13 heures, je m'offrais une pause pique-nique dans le parc du Chatelet en Brie et son étonnant château..
L'occasion pour moi de déguster de délicieux sandwichs comme je sais si bien en confectionner et de photographier ce magnifique séquoia qui doit bien mesurer... au moins... et être vieux de... oulala.. plus que ça. Une belle bête en tout cas.
Et puis, j'ai continué vers la Seine, que j'ai franchi...
... ici, à Fontaine le Port.
Ma deuxième pause, je l'ai faite dans le parc du château de Fontainebleau.
J'y profite du soleil.
 
 
 
Mais ce n'est pas tout ça... il faut reprendre la route, les kilomètres ne vont pas s'afficher tout seuls à mon compteur !
Mais à Fontainebleau, le coq est remplacé par l'aigle... alors, clic-clac... 
...avant de repartir, à travers la Forêt vers...
...Nemours et la jolie rivière du Loing.
Continuant mon périple au fil du Loing, je passe dans cette commune industrielle, pour combien de temps encore ?


Il y a encore de l'activité ici...
Il n'y a pas que des musées et des châteaux dans notre beau pays !
Enfin, j'arrive au but de cette randonnée : CHATEAU LANDON. Si je suis déjà passé dans cette commune de l'extrême sud de la Seine et Marne à vélo, je ne me souviens pas y avoir pratiqué le tourisme.
Et pourtant, le village vaut le coup d'oeil !
Du haut du village, la vue est magnifique.
Et la promenade au fil des petites rues mérite de troquer le vélo pour quelques hectomètres de marche à pied !
Tout cela date au moins du Moyen Age...
Belle descente...
La Tour Saint Thugal domine la ville...
...tout comme le fier clocher de l'église Notre Dame.
Et dans certaines petites rues, les cyclistes ont même le droit d'emprunter les sens interdits !
Puis je descends vers le Fusain, jolie petite rivière qui serpente au pied du village.
D'ici, la vue est tout aussi superbe sur l'ancienne abbaye royale Saint Séverin aujourd'hui devenue maison de retraite.
Le vieux moulin de Beaupoivre est à vendre...
Le Fusain est paisible et le lavoir...
...DESERT !
Un bien beau bâtiment que cette abbaye St Séverin...
Maintenant, je suis sur le retour, le temps est toujours superbe mais je me fais quand même un peu arrosé : On ne va pas nous parler de sécheresse dans les semaines qui viennent quand même ?
Je retraverse le Loing quelques km plus Loin... à Souppes.
 Souppes/Loing, donc.
Je retrouve les forêts du sud de la Seine et Marne.
 Et les beaux arbres de la plaine !
Mais pas que...
Ici je passe vite pour ne pas en prendre plein les naseaux.
Je re-franchis la Seine en compagnie d'un groupe de sympathiques cyclistes de Fontainebleau qui me permettent de retrouver un rythme de pédalage un peu plus... soutenu. J'ai tendance à "ronronner" un peu au bout de 150 km. Merci à eux pour les 10 km que j'ai passés dans leurs roues.
Après Saint Mammès, je me dirige vers Nangis par une magnifique route à travers la forêt et presque sans vent : aujourd'hui, chose rare qui mérite d'être soulignée, il soufflait  à 2 ou 3 km/h, maximal ! René Fallet eut adoré !
Plus que 40 kilomètres et je rallonge un peu la "sauce" pour être certain de franchir le cap de 220 kilomètres que je m'étais fixé en partant. Et c'est à la nuit tombée que je reviens à la maison. Une bonne occasion de vérifier que mes éclairages fonctionnent parfaitement.