1959

1959

lundi 3 avril 2017

Sorties venteuses et Millionième Brevet de Randonneurs Mondiaux !

Voici quelque temps que je ne me suis pas rendu sur ce blog. Pourtant j'ai beaucoup roulé durant le mois de mars passé.
Du beau temps et du vent, des petites sorties avec Laurence et des grandes distances déjà.
Préparant une Flèche Vélocio pour le prochain week-end pascal, ces grandes sorties étaient obligatoires. 

Le vent, donc, que j'ai dû affronter lors d'une sortie vers Condé en Brie le samedi 25 mars.
En plus, j'avais choisi de passer sur les coteaux de la vallée de la Dhuys, au lieu de rester en bas dans la vallée.
Et pour atteindre ce château d'eau près de Montigny lès Condé, je dois dire que j'en ai... bavé !
 Ca monte, ça monte, pas très fort mais il y a surtout ce vent de face et le compteur qui affiche un petit, tout petit, 10 Km/h.

Et tous ces efforts pour redescendre bien rapidement vers le village de Condé, là-bas dans le creux...
 Sur l'autre versant, j'aperçois "mon" château d'eau qui ne semble plus me narguer : maintenant le vent me pousse ! mais après avoir grimpé la bosse de Saint Eugène vers Courboin ma moyenne kilométrique est à peine supérieure à 16 Km/h...
Mais contrairement à la plupart des autres sorties de ce mois de mars, j'avais l'appareil photo dans la sacoche, alors j'en ai profité !
Quelques petites fleurs par ci, par là...
  Un tapis de jonquilles...
 Il en restait encore !

J'ai pris le temps de photographier encore les chênes de Coucermont. Celui-ci...
 ... et celui-là...

Plutôt deux fois qu'une : ce sont mes préférés ceux-là.
Et aussi ce petit pommier mort près de Villemoyenne.
Pour le reste, j'ai également roulé trois grandes randonnées de 200 kilomètres et  plus. 
Le dimanche 12 mars, j'ai parcouru pile-poil 200 bornes tout seul (ou presque car j'ai été accompagné par l'ami Yves pendant plus de 100 kilomètres) et je dois avouer que la fin de ce circuit fut laborieuse à cause de la distance, un premier 200 étant bien souvent difficile, et aussi de ce vent, encore, qui me ralentit dans les 40 derniers kilomètres.
Le dimanche 19 mars, nous avions décidé de participer au brevet de Randonneurs mondiaux de 200 kilomètres à Longjumeau afin de préparer la Flèche Vélocio. Malheureusement nous n'étions que trois membres de l'équipe qui a prévu de parcourir 450 kilomètres en 24 heures au départ de Montbard vers la Provence le vendredi 14 avril. Rendez-vous traditionnel des cyclos franciliens en début d'année, ce BRM de Longjumeau est souvent exposé au vent d'ouest (ou de sud-ouest) qui balaie la Beauce, ce fut le cas cette année encore. Heureusement, le retour fut facile, Eole nous poussant dans le dos !
Le premier avril, nous avons enfin réussi à réunir notre équipe au complet lors du BRM de Noisiel pour une répétition générale avant notre randonnée vers la concentration "Pâques en Provence".
Le retour se fit vent debout et il nous fut parfois difficile de rester groupés. Il nous faudra être plus attentifs à cela dans deux semaines. 
Ce n'était pas un poisson d'avril : Cette randonnée de  Noisiel était l'occasion de fêter le millionième BRM. 
En effet, depuis leur création en 1921, l'Audax Club Parisien a homologué 1 000 000 de Brevets : Brevets de Randonneurs Français de 1921 à 1976, Brevets de Randonneurs Européens de 1976 à 1983, Brevets de randonneurs Mondiaux depuis 1983.
Toutes distances confondues, les BRM existent en 5 versions (200, 300, 400, 600 et 1000 kilomètres), l'ACP permet à des cyclos du monde entier de rouler sous le label BRM. En 2016, c'est en Thaïlande que les BRM ont connu le plus de succès !
Je me suis souvenu que René Chardon, dont j'ai raconter ici les aventures cyclistes, participa à quelques brevets de Randonneurs Français au début des années 1930.
Le 17 mai 1931,  il participait à un BRF de 200 kilomètres.
La breloque qu'il gagna était gravée au dos.
C'est ainsi que nous savons que sa randonnée fut homologuée sous le numéro 2963.

86 ans plus tard, le BRM que j'ai réalisé le 1er avril a été homologué sous le numéro 501 961 ! 
 En 1932, René Chardon participait à un BRF de 600 kilomètres qui fut homologué, si j'en crois l'inscription à la plume en haut à droite de la feuille de contrôle sous le numéro 88.

Le BRM 600 que j'ai parcouru en 2015 avec les cyclos de Château Thierry portait le numéro 75 845 !
 Ce samedi 1er avril, c'est donc mon ami Yves qui fut honoré par l'Audax Club Parisien pour avoir réalisé le millionième BRM ( et BRF, et BRE...). Et il en a du monde sur le porte-bagages !

Pour rouler souvent avec lui, je peux dire qu'il mérite ce trophée, je crois qu'il en était à son 16ème (ou 17ème, quand on aime, on ne compte pas !) BRM 200 de l'ACP : une longue histoire. 

dimanche 19 février 2017

MILLE BORNES

L'an passé j'avais atteint les 1000 kilomètres le 29 février. Cette année, il n'y en a pas, de 29 février, et je suis un peu en avance.
J'ai déjà parcouru une vingtaine de sorties sur mes vélos. 
J'ai en particulier beaucoup apprécié la nouvelle transmission de ma randonneuse, plus question de dérailler en 2017 !
Made in France le pédalier TA : avec trois plateaux de 24 (oui 24 !), 38 et 48 dents. Je vais pouvoir grimper aux arbres, même avec un gros chargement.
En ce qui concerne les dérailleurs et les poignées de freins, j'ai choisi du Campagnolo comme d'habitude. Et à l'arrière, la cassette de 11 pignons s'échelonne de 11 à 30 dents. Prêt à partir à la montagne.
J'ai fait trois grandes sorties de plus de 100 bornes, comme ici lorsque je suis passé à L'Etoile en forêt de La Traconne.
Le vignoble champenois est bien triste en ce moment.
Randonnant autour de Sézanne, je suis passé aussi près de la Carotte de Mondement.

Il y a cent ans, le château de Mondement devait ressembler à ça.
Il est un peu  quand même mieux aujourd'hui.
Un autre jour, j'ai fait une autre virée vers la vallée de la Marne.

Ma troisième grande sortie me mena sur les routes de Brie.  
Bien sûr, je n'ai pas résisté aux arbres...
Et puis, j'ai également trouvé quelques vieux panneaux.
 Celui-ci doit déjà être quelque part sur ce blog.
Celui-là par contre, je ne crois pas.
Cette plaque de cocher, elle est peut-être quelque part dans un message.
Et celle-là ?
Ce village, je n'y étais jamais passé... malgré son nom original.

J'ai eu également une pensée pour tous ces gens contraints de prendre le train pour aller travailler loin de chez eux. Là, j'apprécie la chance que j'ai.
Il y a même des gens qui louent des places de parking à proximité de la gare ! Nous vivons vraiment une époque... moderne.
A quand la généralisation des emplois FICTIFS ?
Heureusement, dans ce monde de brutes, j'ai déjà trouvé, en ce février frileux, quelques petites fleurs.

lundi 13 février 2017

Voyage 2016 : vers les Pyrénées (Vingt-quatrième et dernière étape)

Me voici arrivé au terme de ce voyage . Je ne pensais pas que cela durerait si longtemps de le raconter mais j'avoue l'avoir dégusté, comme on déguste le temps qui passe...
Laurence a plié une dernière fois la tente.
J'ai savouré un dernier petit déjeuner au camping.
Et, comme chaque matin, nous avons repris la route.
Le coeur un peu gros...
Mais en pleine forme !
Encore quelques photos...
Une vieille plaque de cocher...
Une petite route dans les bois...
Un cyclote prête à repartir en vacances sans voiture ?
Un dernier pique-nique au bord de l'eau...
C'est vrai, nous sommes souvent en train de manger sur ce blog, et ce n'est pas forcément ni très diététique ni très gastronomique, mais qu'est-ce que c'était bon !
 Bientôt nous apercevons les fumées de la centrale atomique de Nogent...
 Nous franchissons la Seine...
Nous venons de traverser Provins : 
nous sommes chez nous et...
NOUS AVONS FAIT UN BIEN BEAU VOYAGE !!!